Marre des mariages trop guindés, mondains, vus et revus ? Vous voulez insufflez un supplément d’âme au plus beau jour de votre vie, et pas seulement lors de la cérémonie religieuse ? Le pape François vous y encourage : « Ayez le courage d’être différents, ne vous laissez pas dévorer par la société de consommation et de l’apparence. […] Vous êtes capables d’opter pour une fête sobre et simple. » (Amoris Laetitia)

Alors, voici 5 idées pour une fête originale et spirituelle, d’une wedding planner 100 % catho ayant organisé le mariage de son fils et de sa belle-fille l’été dernier. À personnaliser et adapter pour un mariage à votre image !

1/ Réciter un chapelet à l’intention de chaque invité.

« Je tenais à prier pour tous ceux qui seraient présents ce jour-là, soit 430 chapelets à réciter. J’ai demandé à des proches de m’aider. Ma requête a été très bien accueillie. L’un d’eux m’a dit : « C’est énorme ! J’en prends 10. » Une autre m’a dit sans hésiter : « J’en réciterai 180 » ! »

2/ Glisser une image pieuse dans les faire-part.

« Le mariage ayant lieu à Rocamadour, nous avons glissé au milieu des faire-part une image de la Vierge noire de Rocamadour à laquelle de nombreux miracles sont attribués. »

3/ Jouer au foot avec un professionnel (converti)

Il fallait y penser… « Mon fils, le futur marié, est un passionné de foot. J’avais donc convié Florian Boucansaud, un ancien footballeur de Ligue 1 converti au catholicisme, qui m’a fait l’amitié de venir. Le matin (la messe avait lieu l’après-midi), il est venu nous parler de sa conversion avant de faire une immense partie de foot avec les invités. »

4/ Offrir une médaille

« Chaque invité est reparti avec une sportelle, la médaille traditionnellement portée par les pèlerins de Rocamadour, bénie par le pape François. »

5/ Proposer aux invités l’imposition d’un scapulaire

« Pour organiser ce mariage, je me suis calée sur le calendrier liturgique. Il avait lieu le 16 juillet, jour de la fête de Notre-Dame du Mont-Carmel. J’ai donc acheté une cinquantaine de scapulaires et j’ai demandé à un dominicain d’en expliquer la signification à l’issue de la messe. Il en a ensuite proposé l’imposition à ceux qui le souhaiteraient. Je m’attendais à ce que l’idée plaise surtout aux enfants. Et finalement beaucoup d’adultes, surtout des hommes, ont fait cette démarche et ont témoigné par la suite des nombreuses grâces qu’ils avaient reçues. »

Suivez-nous

Pause pub

Ça aussi, ça va vous plaire !