Yoga

Relaxez-vous : inspirez-expirez-détendez-vous…

À chaque rentrée, c’est pareil. Les pub pour les cours de yoga fleurissent un peu partout, nous promettant une année sereine, apaisée, zeeeeeeen.

Franchement, après 1h de métro collés-serrés avec des rageux et des stressés, un concert de klaxons, notre « to do list » qui tourne en boucle dans la tête et nos soucis persos, on se dit qu’une sorte de « bouton off » magique pour notre cerveau, c’est hyper tentant, non ?

Et pourtant, l’Église se montre réservée sur la question des techniques de méditation orientales (zen, méditation transcendantale, yoga).

Pourquoi ? Nous avons posé  la question au Père Buttet :

« Premièrement, on est dans un monde – c’est le pape François qui le dit – pélagien. C’est-à-dire que c’est l’homme qui se sauve par lui-même, à la force du poignet. Grâce à SES techniques, SES méthodes, SA science… Dieu est là, mais il est l’admirateur de tous ses efforts, éventuellement celui qui vient achever ce que l’homme n’arrive pas à faire. Il n’est plus l’unique nécessaire, celui sans lequel je ne peux pas vivre.

Deuxièmement, ces techniques orientales visent à ce que je retrouve une certaine paix intérieure avec moi-même. C’est ce que l’on appelle la mystique de l’enstase. Assurément, par rapport à ce monde troublé, agité, hyperactif, cela amène quelque chose d’essentiel, qu’on a perdu, et qui est l’intériorité. Mais cela m’enferme dans cette intériorité subjective.

Or la mystique chrétienne est fondamentalement une mystique de l’extase, de la sortie de soi. C’est celle du Bon Larron sur la croix. Cette crapule qui se tourne vers Jésus et qui lui dit : « Sans toi, je ne peux rien faire. Sauve-moi. »

Au cœur de sa souffrance, il ne se renferme pas sur lui-même, il s’extasie sur celui qui est à côté de lui, dans le même état que lui, mais qui est son Sauveur. Ces techniques de méditation produisent un fruit doux et délicat qui donne l’illusion d’une extase. On cherche Dieu, mais on se trouve soi-même. Le danger ultime, ce serait de croire que moi, je suis Dieu ! »

 

  1. Lire la Lettre aux évêques de l’Église catholique sur quelques aspects de la méditation chrétienne, publiée par la Congrégation pour la doctrine de la foi le 15 octobre 1989.

Suivez-nous

 Facebook

 Instagram

 Youtube

Pause pub

Ça aussi, ça va vous plaire !